Ton choix

Circoncision

La circoncision chez les garçons

La circoncision des hommes consiste en l’ablation partielle ou complète du prépuce. La circoncision est le plus souvent pratiquée pour des raisons religieuses et constitue l’intervention physique la plus fréquemment prati- quée dans le monde. Depuis décembre 2012, il existe en Allemagne une loi qui régule la circoncision des garçons pour des raisons religieuses. L'article 1631d du code civil allemand laisse aux parents la possibilité de décider de faire circonscrire leur enfant, leur permettant ainsi de mettre en œuvre leur droit à l’éducation.

La circoncision des garçons est ainsi régulée par l’autorité parentale.

En Allemagne, la circoncision de garçons peut être pratiquée même lorsqu’elle n’est pas nécessaire du point de vue médical. Elle doit être réalisée selon les règles de l’art médical. Dans les six premiers mois suivant la naissance de l’enfant, des personnes issues d’une communauté religieuse peuvent également effectuer une circoncision s’ils ont été spécialement formés pour cela et possèdent des aptitudes comparables à celles d’un·e médecin. 

En Allemagne, la circoncision des garçons est sujet à controverse. Pour certains, il s’agit d’un acte religieux important, pour d’autres, d’une atteinte à l’intégrité de l’enfant.

Mutilation génitale féminine

La mutilation génitale féminine (MGF) ou excision consiste en l’ablation partielle ou totale, l’endommagement ou la mutilation des organes génitaux féminins ex- ternes.

Dans des pays d’Afrique et d’Asie, la mutilation génitale féminine est beaucoup plus largement répandue qu’en Allemagne. D’après des estimations fournies par TERRE DES FEMMES, environ 13 000 jeunes filles en Allemagne (octobre 2017) risquent de subir des mutilations génitales féminines de manière illégale en Allemagne ou dans leur pays d’origine. Depuis 2013, il existe un article spécifique qui sanctionne l'excision chez les filles/femmes (article 226a du code pénal allemand).

Grâce à ce nouvel article, la peine encourue est plus élevée qu’avant. D’après le droit allemand, la mutilation génitale féminine est punissable à l’étranger également (article 226a, alinéa 5 code pénal allemand). Cela signifie que quiconque entreprend de voyager à l’étranger avec des jeunes filles ou des femmes pour qu’elles se fassent exciser là-bas court le risque de se voir confisquer son passeport. Le but est ainsi d’empêcher ces mutilations d’être commises pendant des « vacances à l’étranger ». En outre, la loi considère qu’il est primordial de combattre la mutilation génitale féminine afin de sensibiliser la population à cette injustice.